retour plus haut

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5
La revue accepte, pour évaluation, tout texte inédit, original, rédigé en français, anglais, ou arabic. Ces textes doivent parvenir à la rédaction de la revue sous la forme d’un fichier au format Word ou Open Office. Les articles doivent comporter un résumé en français de dix lignes maximum, à la fin du document.
Les auteurs reçoivent un accusé de réception des manuscrits soumis. Différents lecteurs sont invités à remettre leur avis quant aux textes reçus par la revue. En principe, la période d'évaluation ne dépasse pas quatre mois à dater de la date de l'accusé de réception.
Les auteurs sont invités à ne soumettre qu'un texte à la fois. Par ailleurs, les auteurs ne peuvent soumettre leurs textes à d'autres revues ou éditeurs avant d'avoir reçu l'avis du comité de rédaction. Lorsqu'un texte est publié par la revue, il ne peut l'être de nouveau, en tout ou en partie, sans autorisation à demander à la rédaction. Les auteurs sont invités à supprimer de leur texte toute allusion explicite qui permettrait leur identification par les experts.
Les textes non publiés ne sont pas renvoyés aux auteurs. Pour les textes acceptés pour publication après expertises, les auteurs devront fournir à la revue, en plus du résumé français déjà fourni : – un résumé anglais plus développé (qui permet une meilleure visibilité internationale) ; – le titre de l’article traduit en anglais (si l’article n’est pas en anglais) ;
– une liste de mots clés en français et en anglais ; – l’appartenance institutionnelle qu’ils souhaitent attacher à leur nom ; – leur adresse électronique.

bienvenue

dj Rédacteurs francophones Dans le cadre du renforcement de nos équipes, nous cherchons des rédacteurs et redactrices pour alimenter les rubriques éditoriales de notre journal academique notament la redaction francophone

Get Adobe Flash player

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Colloque international : « L’économie solidaire dans la wilaya de Tizi-Ouzou : quelles possibilités pour y en faire le grand atout ? »

« Séminaire permanent Belkacem Krim » – Edition 2016

Appel à contributions

Colloque international :

 « L’économie solidaire dans la wilaya de Tizi-Ouzou : quelles possibilités pour y en faire le grand atout ?  »

Yakouren, les 21 et 22 octobre 2016

Colloque organisé par: 

 

L’association ASALAS en partenariat avec l’APC de Yakouren et en collaboration avec l’association culturelle Petite Suisse Africaine de la commune de Yakouren, l’association AZETTA de La commune de Timizart, l’association ALMA Vert du village Iguersafène et l’association Vison Jeunes de la commune d’Alger.

En Algérie, après plus d’un demi siècle d’efforts d’industrialisation, de modernisation et de développement basés sur une stratégie de croissance extensive, appuyée par une politique d’exploitation des ressources de plus  en plus excessive, des signaux de détérioration avancée de l’environnement et des patrimoines et des crises multi dimensionnelles aiguës n’ont pas manqué de se manifester et de s’aggraver au fil du temps, qui attestent de l’échec des politiques de développement appliquées jusqu’ici.

Abandonnant les politique à leur égarement et les scientifiques à leurs errements, la société civile de la wilaya de Tizi-Ouzou semble avoir trouvé la voie salutaire : ici et là poussent des projets collectifs qui redonnent espoir et qui donnent à voir[1].

Ces projets, nous croyons, permettent au regard analytique critique de tirer trois grandes leçons. Premièrement, l’économie solidaire en tant que grappes d’activités dans un territoire est le produit d’une culture pratiquée par ses acteurs. En tant que culture et idéologie, elle est donnée par un territoire plutôt qu’elle ne lui est donnée. Ensuite,  en tant que modèle, l’économie solidaire peut relever le défi de développement, parce qu’elle seule tient compte à la fois des dimensions politique, économique, environnementale et sociale du développement sans établir de séparation entre elles. Enfin, en ce qui concerne les choix des politiques dans le contexte national algérien, le problème du développement non durable causé par les modèles dominants jusqu’ici ne peut être réglé par une approche réduisant le développement durable à une simple boite à outils, c’est-à-dire à un ensemble d’instruments politiques (gouvernance), économiques (taxes environnementales) ou juridiques (lois persuasives) devant prévoir et corriger les erreurs de l’Etat, de l’entreprise et du citoyen.

Notre vision est que, loin d’être un nouveau paradis imaginé ou promis, le développement durable est une possibilité qui ne peut devenir une réalité que par un modèle qui réalise des ruptures au niveaux des façons de penser, de réaliser et de mesurer le développement, le modèle de développement par l’économie solidaire, à comprendre comme un idéal réalisable[2] d’une société.

Dans ce rendez, ce sont toutes les facettes du territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou qui sont invitées à nous révéler et nous livrer, par le biais d’analystes-spécialistes et d’auteurs de pratiques en  relation dialogique au sens de Morin[3], leur potentiel commun de développement par l’économie solidaire, en expliquant pourquoi  plutôt que cela, c’est ceci, plutôt que autrement, c’est ainsi ; ce qui est vital pour nous qui voulons comprendre comment s’y prendre pratiquement pour dessiner puis y réaliser cet idéal réalisable.

Axes thématiques du colloque

1.   L’économie solidaire : entre le local et l’universel

Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, il y a présentement et essentiellement deux segments de l’économie solidaire qui évoluent parallèlement : l’économie solidaire portée par les structures traditionnelles (comités de village) et l’économie solidaire portée par les structures modernes (associations, mutuelles, coopératives)[4]. La première, malgré des résultats incontestablement positifs et prometteurs qu’elle fait valoir sur le plan organisation territoriale et gestion de services collectifs et de biens communs  à l’échelle villageoise (Iguersafen, Zouvegua, Tifilkut)[5], il ne reste pas moins qu’elle se montre, du moins à l’état actuel, incapable de faire clore des activités relevant de la logique d’entrepreneuriat collectif (entreprises économiques d’offre de biens et services). La seconde, bien qu’elle ait l’avantage du nombre d’acteurs constitutifs, semble être incapable de générer des activités référentielles pouvant faire cas d’école, tant elle fonctionne en contrariant les théoriquement entendus et les pratiquement attendus. Au-delà de la nécessité de comprendre le pourquoi de cela, ce constat introduit l’urgence de réinterroger nos méthodes d’approche de l’économie solidaire : s’agit-il de déviations de la part des acteurs sociaux, et dans ce cas il faut peut être instruire les acteurs des pratiques des principes et méthodes universels de l’économie solidaire, ou de biais méthodologiques, et ici se pose la nécessité de forger des concepts appropriés pour saisir une réalité spécifique ? En même temps, il y a des questions de fond, en lien avec  la thèse durkheimienne[6], qui refont surface et auxquelles on doit faire face : est il nécessaire de rompre avec les solidarités mécaniques parce qu’archaïques ? Faut-il plutôt faire régénérer les solidarités traditionnelles parce qu’elles seules peuvent revitaliser les sociétés locales ?  Dans les deux cas, comment faire pour doter ce territoire de l’essentiel manquant : une reconnaissance politique, un cadre juridique et des monnaies locales spécifiques ?

2.   Le défi de développement local face l’exigence de territorialité et de durabilité   

Le développement local est nécessairement global. Or dans le contexte de la wilaya de Tizi-Ouzou, la première déviation développementaliste régnante est cette vision parcellaire qui est en œuvre aussi bien dans la recherche théorique que dans les actions de sa mise en œuvre pratique. Cette conception par domaines séparés, en plus de ses limites révélées   par l’approche systémique, ne manque pas de générer des tensions : conflits de compétences, opposition de regards, dissymétrie de mise en œuvre. Le développement territorial ne se décrète pas, il se construit pas  à pas, il ne se fait pas à partir de rien, c’est toujours un existant qui devient. Il est donc important de substituer au concept de territoire, qui renvoie à un état, le concept de territorialité, à comprendre « comme l’ensemble des rapports existentiels et sociaux que les individus en groupe entretiennent avec l’espace qu’ils produisent et reproduisent quotidiennement à travers les figures, les images, les catégories et les objets qu’ils mobilisent dans un projet de production de la société plus ou moins intentionnel et explicite »[7]. Ce qui implique une démarche d’analyse basée sur la diversité des référentiels acteuriels, l’historicité du processus de transformation social, l’interactivité des dimensions territoriales et l’utilité des multiples acceptions de l’espace local. La deuxième déviation est que dans la wilaya de Tizi-Ouzou,   on réduit le développement à la création d’infrastructures, d’emplois ou d’entreprises, alors que, avertissent les spécialistes, la croissance n’est pas la voie sûr vers le développement, Gorz signale que  « la croissance n’améliore (même) pas substantiellement la situation »[8] des sociétés locales, et le développement n’en est pas un s’il n’est pas durable, c’est-à-dire s’il n’est pas à la fois économiquement viable, socialement équitable et écologiquement responsable[9]. Un changement de regard en mettant les lunettes de la territorialité et de la durabilité ne serait-il pas plus fécond dans la perspective de développement local par l’économie solidaire dans la wilaya de Tizi-Ouzou ?

3.   Idéologie territoriale et substrat économique local

Jusqu’aux premières années de la période post-coloniale, la wilaya de Tizi-Ouzou se distinguait par une quintessence économique qui nourrissait un sentiment d’appartenance territorial. S’en est suivi les vagues du socialisme et du libéralisme qui ont provoqué l’étouffement de l’économie locale et l’éclipse progressive de l’idéologie territoriale. Durant ces dernières années, suite aux désillusions de la société par rapport au bonheur promis par l’économie de marché et la sécurité promise par la logique étatique,  on voit dans ce territoire  l’ancienne idéologie territoriale souffler à nouveau qui fait renaître avec elle le substrat économique local (festivals économiques, volontariat pour projets d’utilité collective, renaissance d’activités artisanales). Saisissant les enjeux et voulant prendre part efficacement au jeu, des acteurs politiques et scientifiques s’organisent en collectifs s’apparentant à ce que Bourdieu désigne de «  forces de conservation »[10] pour aider la société à se revivifier en « puisant dans les solidarités anciennes, dans les réserves de capital social qui protègent toute une partie de l’ordre social présent de la chute dans l’anomie. (Capital qui, s’il n’est pas renouvelé, reproduit, est voué au dépérissement,)»[11], et en mettant sur pied des « collectifs orientés vers la poursuite rationnelle de fins collectivement élaborées et approuvées »[12], à l’exemple de la fondation AFUD. N’est-il pas plutôt prioritaire que ces acteurs fassent ce que Bachelard appelle le « repentir intellectuel »[13] et ce que j’appellerai le « repentir actionnel », c’est-à-dire faire plusieurs retours sur ses compréhensions et ses actions pour voir quelle est leur véritable valeur, scientifique dans le premier cas et pratique dans le deuxième cas ? N’est-il pas nécessaire dans cette mondialisation version économie de l’innovation, que cette société apprenne à bien désapprendre, « Apprendre, c’est toujours désapprendre, pour rompre avec ce qui nous bloque »[14], disait à juste titre Reboul, cela pour pouvoir mieux apprendre selon les exigences du monde actuel continuellement en devenir ? Si, en s’inscrivant dans la perspective d’humaniser la mondialisation, on voudrait que ce concept de mondialisation soit habité par le sens du concept de glocalisation, qui signifie le développement territorial par la valorisation dans l’espace mondial de ce qui est typiquement local, alors ne serait-il pas utile de penser aussi à adapter les programmes de formations au besoin d’enracinement territorial des choix des acteurs territoriaux (formation dans les centres de formation pour faire revivre la gastronomie, l’architecture et l’artisanat locaux, introduction dans les programmes de formation scolaire de savoirs locaux, comme les contes…) ?

4.   Patrimoine vernaculaire pour un tourisme équitable et solidaire

Il est aujourd’hui admis par tous que le tourisme culturel et solidaire, qui « participe de la création ou du développement d’activités économiques collectives »[15], ouvre de nouvelles perspectives de développement rural mariant rationalité interprétative[16] et utilité sociale[17]. Cependant, le tourisme solidaire appelle une autre façon d’être territorial. D’abord, le touriste recherche ce qui est spécifique au territoire (artisanat, architecture, gastronomie). Cette façon d’être est à réinventer dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Ensuite, le tourisme solidaire s’appuie essentiellement sur la société plutôt que sur des infrastructures touristiques spécifiques. D’où l’importance des valeurs sociales favorisantes (hospitalité, confiance, communication interpersonnelle, inter-culturalité) qui, elles aussi, y sont à reconstruire. Ceci soulève la question relative à  la démarche pratique : n’est-il pas plus efficace d’opter pour des actions spécifiques aux territoires selon leurs potentialités (faire revivre la gastronomie locale et l’agriculture rurale pour un agrotourisme, préserver et mettre en valeur les écosystèmes pour un écotourisme, faire revivre les patrimoines architecturaux et artisanaux pour un tourisme patrimonial) et des actions plus globales (l’image, la communication et le marketing territoriaux, l’éducation à la citoyenneté, la constitution de communautés de communes selon la proximité géographique et les complémentarités touristiques) ? N’est-il pas urgent de redonner de la considération aux artisans, potières et personnes âgées, ces sans voix du territoire qui ont dans leurs sang, mains, mots et mémoire les patrimoines du terroir ? N’est-il pas plus pertinent de commencer avec des territoires pilotes (il suffit peut être pour la région de Yakouren, par exemple, de faire un travail de sensibilisation, de construire des auberges de jeunes) ?

Il est attendu de ce colloque des résultats qui puissent servir de levier d’actions collectives en multipliant, par la recherche-action, des halos de forces vives.

Calendrier:

Proposition de communication : avant le 20 Mai 2016. Envoyez à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La proposition doit contenir les éléments suivants : les nom et prénom de l’auteur, son institution d’affiliation et ses coordonnées ; l’intitulé de la communication ; les arguments et la problématique de recherche ; les outils méthodologiques mobilisés et les résultats provisoires.

Réponse du Comité : 20 Juin 2016

Remise des présentations : 01 septembre 2016

Date du colloque : 21 et 22 octobre 2016
Lieu de la tenue du colloque : Commune de Yakouren
Publication : Il est prévu une publication sous forme  d’ouvrage collectif d’une sélection des communications présentées.

Président d’honneur du colloque : Mhemmed Si Tayeb, PAPC de la commune de Yakouren

Comité scientifique

Président : ABDI Nourredine (CNRS, Paris)

Vice président  et coordonateur : HADJOU Lamara (Université de Tizi-Ouzou)

TESSA Ahmed (Université de Tizi-Ouzou)

PRADE Jacques (Université de Toulouse, Jean Jaurès)

TOUCAS-TRUYEN Patricia  (RECMA, Revue internationale d’économie sociale)

ZORELI Med-Amokrane (Université de Bejaia)

MATMAR-MOHELLEBI Dalila (Université de Tizi-Ouzou)

HAMEL Tewfik (Université de Montpelier III)

AMOKRANE Abdelaziz (Université de Tizi-Ouzou)

BOUKHEROUF Belkacem (Université de Tizi-Ouzou)

AMIAR Habib (Université de Tizi-Ouzou)

MOUSSAOUI Hakim (Université de Tizi-Ouzou)

ANICHE Arezki (Université de Tizi-Ouzou)

CHENANE Arezki (Université de Tizi-Ouzou)

MADOUCHE Yacine (Université de Tizi-Ouzou)

LHADJ MOHAND Moussa (Université de Tizi-Ouzou)

ACHIR Mohamed (Université de Tizi-Ouzou)

SI LEKHAL Karim (Université de Versailles Saint Quentin)

BOUKHERBAB Riad (Université de Bejaia)

LAOUFI Amar (Université de Bouira)

CHIKH Sabrina (Université de Tizi-Ouzou)

KHAZENADJI Mohamed (Université de Tizi-Ouzou)

HANNICHE Belkacem (Université de Bejaia)

HADJEM Madjid (Université de Tizi-Ouzou)

HAMITI Hamid (Université de Tizi-Ouzou)

BENCHIKH Salem (Université de Bejaia)

AMIR Farid (Université de Bejaia)

SOUMANE Mohand Ouidir (Université de Bejaia)

AGAB Akli(Université de Bejaia)

 

Comité d’organisation

Présidents : ZORELI Med-Amokrane et MEZIANE Rachid

– les membres de l’association culturelle Petite Suisse Africaine (Commune de Yakouren).

– les membres de l’association AZETTA (Commune de Timizart).

– les membres de l’association ALMA Vert (Village Iguersafène).

– les membres de l’Association Vision Jeunes (Commune d’Alger).

– les membres de l’association ASALAS (Wilaya de Tizi-Ouzou).

 

Les prix Mouloud Feraoun de la ruralité-solidarité agissante

L’association ASALAS, en partenariat avec des acteurs privés, publics et sociaux, attribuera chaque année, à la marge du séminaire permanent Belkacem Krim, les prix Mouloud Feraoun de la ruralité-solidarité agissante. Ces prix,  attribuables aux acteurs locaux ayant été à l’origine d’une réalisation  modèle-type classifiable dans le registre des activités solidaires positives, sont au nombre de cinq :

–          Le prix Innovation sociale.

–          Le prix Valorisation du patrimoine.

–          Le prix Engagement dévoué pour la collectivité.

–         Le prix Organisation collective.

–          Le prix Développement durable.

Les acteurs désirant participer au concours de sélection pour un de ces prix sont appelés à prendre contact avec l’animateur de l’équipe du projet  à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

[1] ZORELI M-A. (2015), « Le mouvement associatif et l’économie solidaire en Kabylie: entre l’opportunisme néantisant et le génie collectif possibilisant », communication au colloque international: «Economie sociale et solidaire dans un contexte de multiculturalité, diversité et développement territorial», Mendoza (Argentine) les 15, 16 et 17 Avril 2015, pp. 17-26. base.socioeco.org/docs/zoreli_.pdf.
[2] ZORELI M-A. (2014), « L’économie solidaire en Kabylie, Une économie de l’union et de la fraternité », Revue du MAUSS permanente, 23 juin 2014 [en ligne].http://www.journaldumauss.net/./?L-economie-solidaire-en-Kabylie, p. 1.
[3] MORIN Edgar. (2005), « Introduction à la pensée complexe», Editions du Seuil, Paris.
[4] ZORELI M-A. (2015), op. cit., pp. 1-26.
[5] ZORELI M-A. (2016), « La régulation solidaire en Kabylie : l’exemple du village de Tifilkout »,  in RECMA, Revue internationale de l’économie sociale, numéro 339.
[6] DURKHEIM E. (2002), « De la division du travail social », livre 1 et 2, Une édition électronique réalisée à partir du livre d’Émile Durkheim (1893), De la division du travail social. Paris : Les Presses universitaires de France, 1967, huitième édition, 416 pp. Collection : Bibliothèque de philosophie contemporaine, Édition complétée le 15 février 2002 par Jean-Marie Tremblay à Chicoutimi, Québec, revue, corrigée avec ajout des mots grecs manquants par Bertrand Gibier le 28 juin 2008.
[7] ALDHUY J. (2008), « Au-delà du territoire, la territorialité ? », Géodoc, pp. 35-42, <halshs – 00278669>
[8] GORZ A. (1975), « Mutation technique et changement culturel », Théologiques 3/2 (pp. 73-88). P. 75.
[9] BILLAUDOT B et DESTAIS G. (2009), « Les analyses de la durabilité en économie. Fondements théoriques et implications normatives », communication au colloque à HEC Montréal, « Pour la suite du monde. Développement durable ou décroissance soutenable ?, 18 et 19 mai 2009, pp. 2-3. https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00472876/document.
[10]BOURDIEU P. (1998), « L’essence du néolibéralisme. Qu’est-ce que le néolibéralisme ? Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur » le monde diplomatique, p. 3.
[11] Ibid.
[12] Ibid.
[13] BACHELARD G. (1999), La formation de l’esprit scientifique. Paris, Librairie philosophique Vrin, (1ère édition : 1938).
[14] REBOUL O. (1995), Qu’est ce qu’apprendre ? », PUF, Paris.
[15] PRADES J. (2008), « Intervention à l’occasion de la Quinzaine de l’économie solidaire, à l’invitation des associations ATTM et Ntizi Ndoc dans le cadre d’une soirée consacrée au tourisme solidaire », blogs.univ-tlse2.fr/cerises/files/…local…/TOURISME-SOLIDAIRE-1.pdf.
[16] GIANFALDONI P. « Utilité sociale versus utilité économique. L’entrepreneuriat en économie solidaire», Ecologie & politique 1/2004 (N°28), pp. 93-103, URL : http://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2004-1-page-93.htm, p. 32.
[17] Ibid., pp. 19-24.

Supporters of the african journal of political sciences


 

HTML5 Icon

Directeur de publication:Chaib Bachir

contact:    info@maspolitiques.com

Maspolitiques.com website reputation

rédacteur en chef(fr):Tewfik Hamel

 contact:    francais@maspolitiques.com